Lessons from an expert in maps for the visually impaired…

I would like to thank Laurent Notarianni for sharing his expertise on maps for the visually impaired and the blind. After looking at the students’ work in progress, Laurent sent us insightful comments and food for thoughts:

Parcours des odeurs (poubelles) : les odeurs des poubelles sont désagréables, les poubelles sont des obstacles pour les piétons et visuellement polluent le lieu – on les retrouve sur les photos touristiques. Et si les poubelles étaient les pierres du petit poucet qui lui ont servi à retrouver son chemin. Relire l’histoire du petit poucet, car la seconde fois, il a posé des miettes de pain que les oiseaux ont mangé. Faire le parallèle avec les poubelles que l’on sort et que l’on rentre, un peu comme une valse.

• Parcours de l’ouïe : les sons sont une source de pollution quand ils ne sont pas maîtrisés. Si on les passe au tamis du sens, on peut en faire quelque chose d’intéressant dans la découverte du lieu. Pour les enfants, le son est un outil d’apprentissage du monde (livres pour enfants) et pour les mamies s’est l’occasion de tricoter une écharpe aux couleurs de l’environnement en s’inspirant des sons.

• Parcours tactiles et podotactiles : préconiser un parcours alternant les différents surfaces en fonction des capacités des personnes qui l’empruntent. Se déplacer, c’est s’extraire de la gravité terrestre, ça demande un effort, cela provoque une onde sonore et vibratoire. Penser aux ondes invisibles que laissent les passants et qui courent sous terre (ondes différentes selon la matière). Pourquoi pas un parcours des traces laissé par les chaussures ou les roues, ou l’absence de traces comme sur le bitume. Ou bien les deux : ondes + traces.

• Parcours visuel : la lumière est la matrice de la vie, elle nous façonne, elle joue sur notre humeur, notre rythme cardiaque, notre envie d’aller ou pas vers les autres, tous nos sens sont en éveil grâce à la lumière. Imaginez les coeurs des passants qui battent à des rythmes différents en fonction de la présence ou l’absence de lumière. Plus on monte (sur les ponts), plus on va vers la lumière plus le rythme du coeur ralentit et il s’accélère lorsque l’on descend et traverse une rue. Imaginez un parcours alternant les luminosités et recommandez votre parcours idéal être de bonne humeur.

• Parcours des odeurs souvenirs : en sautant d’une mémoire à une autre, on change d’espace-temps, et on entre dans l’intimité du passant. Atmosphère, atmosphère !! C’est le parcours cinématographique des inconnus, il faut écrire le scénario et vous aurez votre parcours.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s